Bienvenue,

Ces pages sont consacrées à la généalogie ascendante de mes petits-enfants, Elen, Macéo, Enola et Etan. La majeure partie des informations qui sont disponibles à ce jour concerne ma propre ascendance (principalement répartie en Lorraine, en Alsace, en Sarre et en Rhénanie-Palatinat). De nombreuses branches n'ont pas encore été étudiées dans cet arbre généalogique. Les lacunes actuelles devraient être comblées au fil des mois.
Vous trouverez aussi sur ce site les descendants de mes ancêtres qui relie mes familles à celles de cousins déjà identifiés ou de personnages connus.
J'ai essayé de rendre la consultation de cette généalogie agréable en ajoutant de nombreux documents qui agrémenteront votre visite: photos, actes numérisés ou retranscrits, etc.
Si par hasard vous vous trouviez un lien de cousinage avec l'un ou l'autre des personnages rencontrés dans ces pages, n'hésitez pas à me contacter. Je serai très heureux de pouvoir échanger avec vous les informations qui vous intéressent.

A tous les membres proches de nos familles, je signale qu'ils peuvent me solliciter pour obtenir un identifiant qui leur permettra de consulter les données qui ne sont pas accessibles publiquement pour raison de protection de la vie privée des individus.

Alors, bonne visite avec l'opportunité éventuelle de trouver dans ces pages les informations que vous recherchez.


--
Robert Weinland

 

Note: Les informations généalogiques de ce site sont gérées par le logiciel webtrees. Cette page donne un aperçu synthétique des données généalogiques disponibles sur ce site. Pour commencer à consulter les données, faites un choix dans le menu Diagrammes, sélectionnez Individus sous le menu Listes, ou recherchez un nom ou un lieu. Si vous avez des difficultés à utiliser le site, cliquez sur l’icône d’aide (?) qui vous informera sur la façon d’utiliser la commande concernée.

Merci de votre visite.


22 novembre 2016 - 13:17:26
Sorcières, sorciers et sorcellerie

On trouve dans les registres paroissiaux de Diemeringen un acte de décès qui porte la mention "brûlé comme sorcier après avoir été décapité par l'épée". La victime était Theobald (Dieboldt) Weyland, frère de mon ancêtre Hans Caspar Weyland. Cet acte daté du 21 juin 1673, m'a conduit à m'intéresser aux procès en sorcellerie et chasses aux sorcières qui ont eu lieu en Lorraine et en Alsace au 17ème siècle.

Entre 1671 et 1673, le registre paroissial de Diemeringen relate plusieurs affaires de sorcellerie qui ont conduit une douzaine d'habitants de la seigneurie au bûcher. Les victimes étaient généralement accusées d'avoir provoqué des adultères, des avortements ou des morts d'enfants par maléfices ou par magie.

Entre 1614 et 1642, 64 cas de sorcellerie sont recensés à Saverne. Trente de ces cas se terminent par une exécution capitale, le plus souvent sur le bûcher. Les enfants ne sont même pas épargnés. On trouve parmi les victimes de ces procès un garçon de 9 ans, Philippe Schramm, qui périra après ses aveux, avec ses 6 complices âgés de 9 à 16 ans. On ne faisait aux enfants que la grâce de les étrangler au lieu de les brûler vifs.

Les bûchers de sorciers et sorcières allumés dans l'Occident chrétien du XVème au XVIIIème siècle auraient fait environ 50.000 victimes, d'après les historiens. Les femmes représentaient environ les 3/4 des accusés dans des procès en sorcellerie tout à fait légaux qui s'appuyaient sur des traités de "démonologie". Pendant quatre siècles, la chasse aux sorcières s'est répandue dans toute l'Europe, mais avec une intensité particulière dans le Saint Empire romain germanique et les régions voisines. Suisse, Pays-Bas, Flandre, Luxembourg, Lorraine et Franche-Comté sont, après l'Allemagne actuelle, les régions qui ont compté le plus grand nombre de bûchers de sorcières et de sorciers.

En Lorraine, c'est Nicolas Rémy, né vers 1530 à Charmes (Vosges), qui a été le principal pourvoyeur de ces bûchers. Juge tristement célèbre et auteur en 1596 d'un traité sur la sorcellerie (Trois livres de la démonolatrie), il serait responsable de la mort par le feu de deux à trois mille sorcières et sorciers (il reconnait lui-même 900 exécutions). Charles III lui avait confié en 1591 la charge de procureur général du duché de Lorraine. C'est à ce poste qu'il a pourchassé sans répit sorcières et sorciers. Il est mort en 1612 à Charmes où il s'était rétiré six ans plus tôt en laissant sa charge à son fils.


5 août 2014 - 16:44:23